ECHALOT, petit village au sud du Châtillonnais, où j'ai commencé ma carrière d'instituteur, en classe unique, avec 13 élèves puis 8 en 1982, quand il m'a fallu m'expatrier en banlieue dijonnaise. J'ai passé là-bas quatre années merveilleuses, dans une extraordinaire proximité avec les enfants et  leurs parents

J'y suis retourné parfois pour des recherches de grand gibier blessé en battue, à la demande de Gérard et de Cyril.

 

Depuis deux ans, Gérard me cède quelques bracelets que nous réalisons (ou pas) en chasse silencieuse.

L'an passé, ce furent 13 chevreuils, 1 biche 1 jeune grand cervidé et 3 sangliers.

 

La chasse silencieuse commence à se développer enfin chez nous. Je la pratique pour ma part depuis une douzaine d'années, alors qu'elle en était encore à ses balbutiements.

Il fallut affronter bien des réticences, voire les sarcasmes de ceux qui, réduisant la chasse à un exercice de tir, nous affublaient du titre méprisant d'assassins.

Ce temps est heureusement en partie révolu et un nombre de pionniers étoffé, une fédération départementale ouverte et très libérale à l'égard de ce mode de chasse ont permis à la "chasse d'été" de prendre toute sa place dans notre belle Côte d'Or forestière.

 

Pour cette saison 2013-2014, j'ai retenu 10 chevreuils et 2 sangliers.

Julien, mon ami passionné, y passe un temps fou et accumule les observations. Je crois bien qu'il connaît tous les brocards sur les 325 hectares qui nous sont réservés. Il faut dire que la surveillance est son métier. Dans le "civil", si je puis dire, il est gendarme.

Hubert, lui, vient de Normandie chaque année depuis trois ans. Pas de chasse à l'approche là-bas. L'an passé, il était avec ses enfants Philomène et Séraphin. Cette année, venu plus tard à la fin Août, seul Séraphin put l'accompagner mais , malgré la date tardive, ils réussirent à tirer un quatre pointes lors de leur première sortie.

 

Deux collègues de la région parisienne, par le jeu des forums cynégétiques, ont pu venir à Echalot en Juin. Ayant réservé trois bracelets, ils avaient placé la barre assez haut, surtout sans aucune connaissance du terrain (favorable il est vrai). Profitant de leur premier week-end en gîte à une quinzaine de kilomètres, ils partagèrent leur temps entre la forêt et les visites familiales à ALESIA et aux HOSPICES DE BEAUNE. Un seul jeune brocard fut tué par Guillaume (c'était son premier en France).

Pour le second week-end, Audren et Guillaume vinrent seuls et purent fermer leurs deux bracelets. Ils virents de nombreux animaux (surtout des chevrettes), quelques sangliers et cerfs. Ils n'avaient pas souvent entendu autant aboyer de chevreuils qu'au cours de ces sorties bourguignonnes, plus qu'en Pologne, où ils s'étaient rencontrés sur leur lieu de travail.

 

Sébastian, notre "choucroute" du forum SPN, vient avec son frère Kilian, pour la seconde année. Bredouille l'an passé, il a tiré son premier brocard à l'approche lors de sa première sortie , un joli six cors, sur l'échelle en bois de la grande sommière de Chevrey. Il leur reste un bracelet qu'ils chercheront à boucler demain.

 

Pour ma part, j'ai réservé un chevreuil et un sanglier mais, privilégiant la prise de vue et restant sur la belle médaille d'argent réalisée l'an passé, je n'ai pas encore eu l'occasion de tirer. Il faut dire également que je cherche à revoir depuis le 1er juin un extraordinaire grand six que j'avais "gracié" fin février dernier à la Vachette, sous la neige, car il était en velours...Le soustraire à la forêt à ce moment eut été indigne.















Le grand brocard de la Vachette, épargné un soir froid de Février.
Je ne l'ai jamais revu. Aucun regret !!














Depuis l'échelle de la grande sommière de Chevrey, le premier brocard de Sebastian, au terme d'une matinée riche en observations.
(Voir son récit sur "Sanglier.net), dans "mon premier brocard" sous le pseudo......Choucroute








Le brocard quatre pointes tiré par Hubert, le "normand", à la fin Août, en présence de Séraphin.

Avec Guillaume et Audren, au début de Juin...






Audren, au pied d'une échelle d'affût.
Pas de chance pour Audren, en ce début de saison. Il n'aura aperçu que.....





.....des chevrettes.




Daguet tiré par Guillaume. Son premier brocard français.
Félicitations à Guillaume et merci pour les moments de chasse partagés avec vous deux.


Daguet tiré par Julien, après le rût, quand les grands sont devenus fantômatiques....

LE RECIT DE SEBASTIAN SUR "SANGLIERS.NET"

Le samedi dernier j'ai chassé avec succès mon premier brocard! Je suis arrivé vers 8h près de Dijon pour rencontrer DAMBRUN et pour recevoir des conseils finales avant de me diriger dans les bois. Au debut, je voulais faire un peut d'approche, mais j'ai découvert qu'une nouvelle échelle avait été installée dans un endroit idéal, alors j'ai décidé d'escalader un arbre :mrgreen:

Apres meme pas dix minutes j'ai entendu le premier bruit de ma gauche. Deux beaux cerfs décident de traverser lentement le chemin a meme pas 40 mètres de moi.

Image

Image

Après les cerfs sont sortis à ma droite j'ai eu une martre, un chevreuil, et un brocard minuscule passe autour de moi. Malheureusement, mon appareil photo de téléphone portable n'était pas assez bon pour capturer tous.

Image

Après environ deux heures, j'ai finalement aperçu mon brocard. J'ai entendu qqc dans les bois à ma gauche et quand j'ai regardé la premiere chose que j'ai vu était des très beaux bois. J'ai pris ma sako 85 et j'ai zoomé et la seconde que je pouvais verifie qu'il s'agissait bien d'un brocard, j'ai visé derrière l'épaule et laché une 140gr vital shok ballistic tip.

Le brocard est tombé immédiatement et au même endroit il se tenait debout, il n'y avait même pas une petite mouvement apres. Je suis resté sur l'échelle pendant cinq minutes avec les mains tremblantes. Finalement, j'ai décidé d'avoir une cigarette pour calmer mes nerfs et pour assurer que je descends en toute sécurité. :roll:

Quand j'ai finalement atteint mon brocard, il était vraiment beau!

Image

Je me sentais un peu mal dans mon coeur que j'avais volé de la forêt une si belle créature, mais après un premier examen, la créature devient de la nourriture qui devait être préservé. J'ai donc sorti mon couteau Havalon Piranta et j'ai vidé la créature. J'ai ensuite amené le brocard dans ma voiture, mis la clime à pleine puissance, et conduit l'heure de retour à ma maison et à ma cabane de chasse locale pour decouper la viande.

La balle est entrée juste derrière l'épaule et quand elle a frappé les côtes, elle a pris un gros morceau avec elle. Je suis juste heureux que je n'ai pas touché l'épaule.

Image

Les résultats ont été un beau trophée, un chevreuil délicieux, et un jour que je vais probablement jamais oublier dans ma vie!