Ils n'attendent que cela : le départ pour la chasse

En 2004, Rita (beagle), Roxane (petit münsterlander), Vénus (bruno du Jura), éclipse (beagle), Ramure (teckel à poil ras) et Rebelle (teckel à poil ras).
Seules, Eclipse, Vénus et Ramure vivent encore.

LA PARALYSIE COMPLETE ET BRUTALE D'ARAMIS (4 Septembre 2014)

 

Le 4 Septembre, vers 17 h, j'ai retrouvé notre petit Epagneul de Münster, Aramis ("de la ferme des Hurlevents") complètement paralysé dans sa cour. Je l'avais laissé vers 15 h, après les câlins d'usage, vif et "collant" comme toujours.

Il ne semblait pas souffrir mais, tout en remuant la queue, il tentait vainement de se déplacer en se traînant sur l'herbe.

Le remplaçant de Stef..., notre vétérinaire et proche voisin, sur place quelques minutes plus tard, diagnostiquait des troubles neurologiques et emmenait notre malade en observation.

Un traitement à la cortisone était initié mais la nuit allait très mal se passer avec des crises d'épilepsie spectaculaires et au matin, Aramis ne réagissait plus aux paroles d'encouragement que nous pouvions lui prodiguer. Il ne bougeait plus la queue et ne me sentait plus les mains.

L'euthanasie paraissait inévitable mais mon épouse, qui avait repris le travail à Dijon, souhaitait le revoir à son retour. Nous décidions alors d'attendre jusqu'au soir.

 

Une petite amélioration en soirée nous faisait reporter l'euthanasie, car le chien ne paraissait toujours pas souffrir.

Le samedi matin, devant la poursuite lente de la légère amélioration, Stef...nous proposait de garder Aramis en observation pendant le week-end. Il en profitait pour effectuer quelques radios de la colonne vértébrale qui montraient des atteintes importantes aux vertèbres cervicales, pouvant expliquer cette paralysie, mais pas l'épilepsie.

La décision était prise de le montrer au Dr JL F....., spécialiste de ce genre d'affection et chirurgien reconnu en matière de hernies discales.

Le mardi après-midi, la myélographie (radio de la moêlle épinière après injection d'un produit de contraste) confirmait les deux hernies importantes mais le liquide céphalo-rachidien poursuivait son chemin de manière satisfaisante. Nous n'avions donc pas l'explication de la quadri-plégie brutale et une intervention chirurgicale n'était pas indiquée.

Il fallait à ce moment penser à une affection au cerveau, d'origine ischémique (rétrécissement de vaisseau), que pouvaient confirmer les clichés montrant un léger obscurcissement de  l'hémisphère droit cervical.

Nous pouvions récupérer Aramis le mercredi 10 dans l'après-midi. Il était déjà un peu mieux et essayait de se déplacer dans les gravillons de la cour du DR JL F...

Le traitement médical initié depuis plusieurs jours commençait à porter ses fruits (corticoïdes, sédatif antiépileptique, oxygénateur cérébral).

 

Commençait alors la rééducation patiente à la maison de notre chien courageux et  persévérant.

La météo était avec nous et l'été tardif nous permettait de profiter de notre maison grande ouverte sur l'espace extérieur. L'herbe tendre et drue pouvait accueillir les innombrables chutes de notre épagneul et c'est sans dommage qu'il parvenait en quelques jours à retrouver l'usage de ses quatre pattes, avec néanmoins encore pas mal de maladresse et de déséquilibre. Aramis prenait un plaisir intense à ces progrès et semblait se lancer chaque jour de nouveaux défis.

Il revenait de si loin....

10 SEPTEMBRE 2014

15 SEPTEMBRE 2014

22 SEPTEMBRE : PREMIERS JEUX

14 OCTOBRE : RETOUR A LA CHASSE