ADIEU A RAMURE

TRISTE NOEL

 

Qu'il est bien malheureux celui qui n'a pas pleuré lors du départ de l'un de ses chiens de chasse !

Mais qu'il est bien éprouvé le conducteur de chien de rouge qui perd le compagnon, qui, au bout de cette longe empreinte de tant de mystères et de complicité, l'a mené au bout de tant de recherches palpitantes, avec ou sans réussite.

Ramure était de ces chiens-là, de ceux qui marquent votre vie d'émotions fortes et de souvenirs que vous ressassez à jamais lorsque les forces et parfois l'envie viennent à vous manquer d'aller suivre la trace sanguinolente du ragot blessé ou le fumet délicat mais bien marqué du brocard atteint d'une si légère flèche.

Elle m'avait montré et appris tout cela ma Ramure, sans que j'aie jamais eu à lui prodiguer le moindre conseil ou la moindre réprimande.

 

Après trois années de maladie passées à la maison, son coeur, soigné patiemment et entraîné par sa curiosite indéfectible a lâché après quelques rapides heures d'agonie.

 

Sans chien de rouge à présent, je me sens soudain un peu plus seul et un peu plus vieux.

Les membres de la famille et les visiteurs qu'elle accueillait avec tendresse ne verront plus notre "vieille mémère", née avec le siècle.

 

Va ma belle, cherche le sang, cherche !

 

Ramure, lors de l'épreuve UNUCR de Francheville, qu'elle n'avait pas réussie.

A Echalot, elle avait pris ce brocard, blessé de pattes, au bout d'un kilomètre. Tu te souviens Julien ?

Sa dernière recherche, l'an passé à Vaux Saules.

Le bonheur des caresses données et reçues.

Brocard flêché en haute-marne, retrouvé par très forte canicule. Rappelle-toi Jérémie !!