Hier soir, 3 Août, dans notre proche Châtillonnais, alors que j'affûtais (en vain) un grand brocard, ce chevrillard d'un an passé, s'est approché à quelques pas.

Je ne souviens pas en avoir photographié de plus proche et dans une si belle lumière que celle du soir déclinant sur Poiseul.

Je ne sais qui fut le plus interloqué des deux. Mais longtemps après qu'il eût effectué le tour classique de l'animal inquiet à la recherche du vent et que , détectant enfin ma présence incongrue bien que discrète, il eût regagné le taillis salvateur, je savourai longuement la scène intimiste que la légèreté et l'insouciance de sa jeunesse m'avaient offerte. Un instant inoubliable.