En cette fin d'Août qui n'a pas vu d'été, le solitaire profite de l'aube fraîche et humide pour croiser et recroiser ses voies avant de regagner sa bauge. Il est passé devant mon piège photo à 7 h par une clarté embrumée qui n'est pas sans annoncer le brame qui s'approche...et qu'après un magnifique rût de "capréolus capréolus", nous attendons avec impatience.