Les parents nourrissent plusieurs fois par heure.

Le plus souvent, le mâle confie sa proie à la femelle qui l'attend sur le grand douglas tout proche. C'est un excellent observatoire pour détecter un éventuel danger.

Nous ne faisons pas partie de ces menaces et plus les poussins grandiront, plus le nourrissage sera manifeste et bruyant.

Il est nécessaire d'évacuer les déchets. Contrairement aux passereaux dont les parents emportent loin du nid les excréments, les rapaces éjectent directement leurs fientes depuis l'aire qui peut être située dans un vieux nid de corvidé, un nichoir ou un trou de mur comme ici.
C'est peut-être cela que l'on appelle "crépir un mur" !!!

dimanche 14 juin : le duvet blanc commence à s'estomper...

Dimanche 21 Juin 2015 à 21 h 15

 

BIENTOT....L'ENVOL.....

 

Combien de rongeurs sont passés de vie à trépas au cours de cette semaine ?

Plusieurs centaines pour nourrir nos trois poussins qui pensent sérieusement à quitter l'aire un peu étroite qui les a vus grandir.

L'ENVOL

 

Lundi 22 Juin,9 h 30, le premier crécerelle est sorti de l'aire. Il passe la journée sur le toit, juste au-dessous de la "maternité".

Surprise, ils sont quatre alors que je n'en avais jamais compté que trois auparavant. Pas facile dans ces trous sombres et profonds !

Mardi 23 Juin 2015, ils ne sont plus que trois dans l'aire et s'adonnnent avec frénésie à l'entraînement de leurs ailes.

Mercredi 24 Juin, à l'aube.

Le mur nord est bien exposé au soleil à l'aube. Les jeunes faucons en profitent pour se réchauffer et observer ce qui sera bientôt leur monde : la campagne environnante.

L'un d'entre eux, sans doute envolé prématurement, a été pris hier soir au pied du douglas par notre teckel.

Mais ce matin, encore une surprise, ils sont quatre dans l'aire. La nichée comportait donc cinq poussins.

 

L'envol est vraiment imminent et les exercices préparatoires se multiplient, le combat pour la place dans l'aire et les proies apportées par les adultes commence à devenir permanent. Il n'est pas rare que l'un des jeunes soit expulsé à ce moment délicat, sans qu'il soit capable de voler assez pour atteindre les arbres proches d'une quinzaine de mètres.

La proie est maintenant souvent disputée.

A l'approche de l'adulte...

On livre..rapidement !

Le partage ou plutôt la dispute.

Exercices préparatoires à l'envol.